• J'ai découvert les pédagogies coopératives lorsque j'étais TRS dans une école qui fonctionnait ainsi. J'ai été particulièrement admirative des bénéfices pour les élèves : gain en autonomie, amélioration du climat de classe... Je me suis donc décidée à consulter la "bible" de l'enseignement coopératif, le livre de Sylvain Connac intitulé Apprendre avec les pédagogies coopératives : Démarches et outils pour l'école. Vous y trouverez une explication détaillée de tous les supports ou outils que l'on peut mettre en place pour fonctionner en classe coopérative : conseils d'élèves, plans de travail, évaluations par ceintures ...

    Qu'est-ce qu'une classe coopérative ?

     

    En quelques mots, dans une classe coopérative, les enfants apprennent en s’entraidant : on peut instaurer un système de tutorat ou favoriser tout simplement le travail en groupe.

    L'enseignant pousse les élèves à chercher les informations par eux mêmes en les renvoyant vers des supports mis à disposition : cahiers, affichage, recherche documentaire... 

    L'expression individuelle et collective est mise en avant. On favorise l'expression orale ou écrite à travers différents canaux : le "Quoi de neuf ?", les textes libres, les créations mathématiques, le conseil d'élèves ...  On peut également aménager un créneau "projets personnels" qui permet aux élèves d'organiser et de présenter un exposé sur un thème de leur choix.

    Des outils permettent également aux élèves de gagner en autonomie en gérant au mieux leurs propres apprentissages : le plan de travail, les ceintures de comportement ...

     

     


    votre commentaire
  • J'ai dans l'idée que tous les enfants désirent grandir et progresser, et qu’ils désirent obtenir le maximum de droits dans la classe. Cette gestion du comportement est ainsi plus "carotte" que "bâton" :-) Elles montrent aux enfants qu'ils grandissent pour devenir de plus en plus "élèves". C'est dans cet objectif que j'ai mis en place les ceintures de comportement de la manière dont les décrit Connac.

    Ce traitement doit rester, à leurs yeux, équitable c'est pourquoi les droits et les devoirs de chaque "ceinture" sont affichés et compris par tous dès la première semaine de classe. Ils peuvent également être modifiés en cours d'année par le conseil (à l'heure où j'écris, il y a d'ailleurs eu des évolutions par rapport au document initial).

    Pour monter en ceinture, l'élève doit donc respecter tous ses devoirs inhérents à son statut et cela est discuté entre élèves. Partant du principe qu'un élève qui respecte les règles et remplit ses devoirs est un élève à qui la maitresse peut faire confiance, plus on a une ceinture haute, plus on a de droits et de responsabilités dans la classe.

    En début d'année, tout le monde est en ceinture blanche. Un élève ne peut passer qu'une ceinture à la fois. Les ceintures rouges et grises sont temporaires (deux jours ou une semaine en fonction de la gravité des faits), l'élève perd alors ses responsabilités et ses droits dans la classe. Lorsqu'un élève est tombé dans ces ceintures, il repart depuis la ceinture blanche.

    N'hésitez pas à faire part de vos remarques ou de vos idées en commentaires !

     


    votre commentaire
  • C'est une réunion hebdomadaire où les élèves peuvent s'exprimer et résoudre les problèmes entre eux.

    Au cours de la semaine, les élèves s'inscrivent sur le "frigo" (je vous propose une version modifiable du mien ci-dessous) pour prendre la parole lors du conseil parler des problèmes qu'ils ont rencontré ou lorsqu'ils pensent remplir toutes les conditions pour changer de ceinture.

     

    Un président du conseil donne la parole et régit le temps de parole (au début de l'année, c'est moi puis dès novembre, un élève prend cette fonction).

    Dans ma classe, 4 moments rythment ce conseil : 

    - les problèmes : les élèves abordent les problèmes qu'ils ont rencontré à l'échelle de l'école ou avec des camarades de classe. Le conseil donne des conseils pour que le problème soit résolu (message clair, intervention d'un adulte ...). Deux principes prévalent : on ne parle pas d'un élève absent et on doit avoir essayé de résoudre le problème auparavant seuls.

    - les félicitations, les remerciements : les  élèves remercient un camarade présent pour un service rendu, expriment leur contentement face à un événement de la classe ou de l'école ou bien félicitent un camarade pour un effort fourni.

    - les idées : les élèves proposent des aménagements pour la classe qui sont soumis au vote du conseil (chaque élève a un vote, sauf s'il a été gêneur et donc exclu du conseil ; la maitresse dispose d'un droit de veto).

    - les ceintures de comportement : lorsqu'un élève pense remplir tous ses devoirs, il peut s'inscrire pour passer une ceinture de comportement. Nous en discutons pendant le conseil (c'est souvent le seul moment où j'interviens vraiment) et ce passage est soumis au vote. Il est parfois difficile de dépasser le vote simplement en faveur du copain ou de la copine mais en expliquant l'intérêt d'un vote impartial, les votes sont de plus en plus "neutres". Vous trouverez un article dédié aux ceintures ici.

     


    votre commentaire
  • Il s'agit d'un document sur lequel sont notées les travaux de chaque enfant en fonction de ses besoins mais aussi de ses projets personnels. L'élève gère lui-même l'ordre dans lequel il va réaliser les activités et lui laisse la liberté de mettre en place des démarches personnelles. Les plans de travail permettent de développer l'autonomie des élèves et surtout d'individualiser les apprentissages.

    Voilà à quoi ressemble le mien :

     

    Pour l'instant, c'est un plan de travail sur deux jours (c'est plus facile à gérer pour mes petits CP). Je différencie le contenu en fonction des besoins de mes élèves et je m'appuie, pour cela, sur les réussites et les difficultés rencontrées lors du plan de travail précédent. Il est toujours divisé en deux parties : travail en groupe / travail seul. L'élève indique la difficulté qu'il a ressenti en faisant ce travail en coloriant les étoiles (ça lui permet aussi de savoir où il en est). Je valide son travail lors de la correction avec un code couleur indicateur du degré de réussite (bleu pour exercice réussi à rouge pour compétence à travailler).

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique