• Dans le cadre d'un projet "Tour du monde", nous avons étudié l'Italie à travers l'album "La Tour Eiffel en Italie".

    La Tour Eiffel en Italie en MS/GS

     

    J'ai énormément travaillé la numération avec l'excellent jeu de la pizza conçu par La classe de Laurène : ici.

    Voici quelques ressources home-made en lien avec le thème :

    images séquentielles

    recette de la pizza poire et chocolat

    reconstituer le titre de l'album

    référentiel lexical 

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Dans le cadre d'un projet "Tour du monde" dans la classe de MS/GS où je travaillais en quart temps, nous avons travaillé sur les Indiens et avons étudié l'album "Petit Sioux".

    Petit Sioux en MS/GS

    Il semble dorénavant exclusivement disponible dans le recueil des "Contes des enfants du monde".

    Je vous joins quelques ressources très modestes (première et unique année en maternelle) sur le sujet : 

    images séquentielles : support et images

    relier la phrase du texte à son image

     


    votre commentaire
  •  

    Paysages d'hiver

    Paysages d'hiver

     

     

    Matériel nécessaire :

    - carré de papier épais bleu de 20 cm x 20 cm

    - des disques de coton de différents diamètres

    - des cotons-tiges

    - de la peinture blanche

    - des triangles de papier vert

    - des triangles fins de papier orange

    Etapes :

    Découper (ou préparer le découpage à l'avance) des triangles de papier vert et monter le sapin.

    Tremper les disques de coton dans la peinture blanche puis réaliser les trois parties du bonhomme de neige. Ne pas laisser les cotons trop longtemps sur la feuille pour éviter qu'ils ne collent.

    Tremper les cotons tiges dans la peinture blanche et tamponner la feuille bleue pour réaliser les flocons de neige.

    Coller le nez du bonhomme de neige avant que la peinture blanche ne sèche.

    On peut ensuite rajouter des boules sur le sapin en tamponnant des cotons tiges dans des peintures de différentes couleurs.

     


    votre commentaire
  • J'ai découvert les pédagogies coopératives lorsque j'étais TRS dans une école qui fonctionnait ainsi. J'ai été particulièrement admirative des bénéfices pour les élèves : gain en autonomie, amélioration du climat de classe... Je me suis donc décidée à consulter la "bible" de l'enseignement coopératif, le livre de Sylvain Connac intitulé Apprendre avec les pédagogies coopératives : Démarches et outils pour l'école. Vous y trouverez une explication détaillée de tous les supports ou outils que l'on peut mettre en place pour fonctionner en classe coopérative : conseils d'élèves, plans de travail, évaluations par ceintures ...

    Qu'est-ce qu'une classe coopérative ?

     

    En quelques mots, dans une classe coopérative, les enfants apprennent en s’entraidant : on peut instaurer un système de tutorat ou favoriser tout simplement le travail en groupe.

    L'enseignant pousse les élèves à chercher les informations par eux mêmes en les renvoyant vers des supports mis à disposition : cahiers, affichage, recherche documentaire... 

    L'expression individuelle et collective est mise en avant. On favorise l'expression orale ou écrite à travers différents canaux : le "Quoi de neuf ?", les textes libres, les créations mathématiques, le conseil d'élèves ...  On peut également aménager un créneau "projets personnels" qui permet aux élèves d'organiser et de présenter un exposé sur un thème de leur choix.

    Des outils permettent également aux élèves de gagner en autonomie en gérant au mieux leurs propres apprentissages : le plan de travail, les ceintures de comportement ...

     

     


    votre commentaire
  • J'ai dans l'idée que tous les enfants désirent grandir et progresser, et qu’ils désirent obtenir le maximum de droits dans la classe. Cette gestion du comportement est ainsi plus "carotte" que "bâton" :-) Elles montrent aux enfants qu'ils grandissent pour devenir de plus en plus "élèves". C'est dans cet objectif que j'ai mis en place les ceintures de comportement de la manière dont les décrit Connac.

    Ce traitement doit rester, à leurs yeux, équitable c'est pourquoi les droits et les devoirs de chaque "ceinture" sont affichés et compris par tous dès la première semaine de classe. Ils peuvent également être modifiés en cours d'année par le conseil (à l'heure où j'écris, il y a d'ailleurs eu des évolutions par rapport au document initial).

    Pour monter en ceinture, l'élève doit donc respecter tous ses devoirs inhérents à son statut et cela est discuté entre élèves. Partant du principe qu'un élève qui respecte les règles et remplit ses devoirs est un élève à qui la maitresse peut faire confiance, plus on a une ceinture haute, plus on a de droits et de responsabilités dans la classe.

    En début d'année, tout le monde est en ceinture blanche. Un élève ne peut passer qu'une ceinture à la fois. Les ceintures rouges et grises sont temporaires (deux jours ou une semaine en fonction de la gravité des faits), l'élève perd alors ses responsabilités et ses droits dans la classe. Lorsqu'un élève est tombé dans ces ceintures, il repart depuis la ceinture blanche.

    N'hésitez pas à faire part de vos remarques ou de vos idées en commentaires !

     


    votre commentaire